Un arrêté pour prévenir les consommations excessives d’alcool

Le 8 août dernier, le maire de Colombes a pris un arrêté pour interdire d’alcool sur les voies et espaces publics au centre ville, à la Gare du Stade et sur la place Aragon, jusqu’au 1er Octobre 2009 (pour consulter cet arrêté, cliquer ici). Les terrasses des cafés et des restaurants ne sont pas concernées par cette mesure visant à prévenir les nuisances causées par des consommations excessives. Il s’agit de préserver la tranquillité des habitants et d’éviter que les détritus, canettes et bouteilles abandonnées sur la voie publique puissent constituer un danger pour les pétons et les enfants.

“Nous avons constaté un certain nombre de regroupements de gens qui consomment des alcools forts, dans le but de finir dans un état d’ébriété avancé. (…) Il faut que tout le monde ait un comportement qui préserve la tranquillité des autres” déclare Philippe Sarre à l’AFP. Cette arrêté vient fournir un cadre règlementaire à l’intervention de la police municipale. Il pourra servir de base de discussion et de moyen de pression pouvant conduire à une amende, si nécessaire.

BFM.TV dans son 20h00 a donné la parole hier soir à Julien Gautier, conseiller municipal chargé de la prévention et de la sécurité, dans son reportage consacré à cette mesure.

Comments

Ahmed Beribeche

“La liberté d’opinion préalable à la démocratie.”
Cela étant dit, je pense que la maire a pris une bonne décision mais il faudrait assumer cette décision qui se veut répressive. À entendre M. Gautier, il s’agit de prévention. “Il est interdit d’interdire” 🙂
Il est vrai que la situation est difficile pour les habitants du centre ville, de la place Aragon avec la maison de Nanterre à proximité. Cependant, je ne comprends pas comment une interdiction peut aider à entamer un dialogue et de la prévention avec les buveurs. Je crains que cette bonne initiative perde de sa teneur faute de vouloir ménager la chèvre (la gauche du P.S.) et le choux (la droite du P.S qui se veut réaliste). Il va falloir choisir. À travers cet évènement, c’est tout le mal dont souffre le P.S. qui est exposé. Incapable de choisir une direction qui lui est propre à cause de ce rêve malheureux de vouloir réaliser la gauche plurielle ou l’union de la gauche selon les époques. À force de ne pas savoir qui on est, ce que l’on veut être pour n’être qu’en fonction du regard des autres, on finit pas être que l’ombre de soi-même. C’est dommage pour le P.S. dont l’histoire et les combats font partie de notre mémoire collective. Bon courage.

Charles Ham

Cet arrêté semble très louable dans ses intentions. En outre, c’est vrai que cela donne un cadre juridique permettant d’agir. Malheureusement, il doit s’avérer bien difficile pour les polices nationale ou municipale de le faire appliquer, avec des effectifs que l’on imagine réduits, en cette période de congés d’été.

Par ailleurs, s’il doit y avoir un travail de prévention, cela pourrait être mené avec les propriétaires des différentes épiceries dont la principale activité est – ne nous leurrons pas – la vente d’alcool (et pour certaines même la vente de cigarettes et ce, dans la plus parfaite illégalité de la règlementation fiscale et douanière, s’agissant de cigarettes “importées” d’Albanie, du Maroc… et contrevenant donc au monopole d’État de la SEITA), de jour comme de nuit (ou du moins jusqu’à une heure du matin pour celles du centre-ville). Malgré l’arrêté municipal, nombreux sont ceux qui continuent d’étancher leur soif immédiatement après avoir acheté une cannette ou une bouteille et, effets de l’alcool aidant, de vociférer et d’uriner ici ou là (à quand les sanisettes Decaux gratuites comme à Paris ?)…

Enfin, sur le toit de l’abribus du bas de la rue du Bournard, il y a pas mal de cadavres de canettes et de bouteilles. Si le service municipal concerné pouvait demander aux agents chargés du nettoiement de se munir d’un escabeau…

Leave a comment

name*

email* (not published)

website