État : toujours plus loin dans les inégalités

joelle vasnier

La rentrée politique est marquée, encore une fois par des annonces gouvernementales qui ne faciliteront pas la vie de la plupart des Colombiens. C’est la taxe carbone qui va ponctionner encore un peu plus ceux qui ont de petits revenus. C’est le déremboursement des médicaments et la hausse du forfait hospitalier. C’est la privatisation de la poste qui risque de supprimer le service rendu au public. Et c’est surtout les prévisions de suppressions d’emplois qui vont aggraver encore le chômage dans notre pays.

Dans tous ces domaines, l’action gouvernementale nous indique clairement vers qui vont les avantages puisque dans le même temps, nous apprenons que les banques vont continuer à verser des bonus inconsidérés à tous ceux qui nous ont emmenés vers la crise. Le président de la république à beau faire des effets de voix, au final ça ne change rien.

Il en va de même de la grande politique sécuritaire qui devait régler tous les problèmes de délinquance dans notre pays.

Les chiffres actuels ne sont pas meilleurs, on constate au contraire, une montée des agressions envers les commerces partout en France. Depuis 2002, la droite a eu tout le temps de mettre en œuvre ses mesures pour diminuer les actes délictueux. Quand nous présentera-t-elle un bilan sincère de son efficacité ?

À Colombes, l’État n’est pas présent à hauteur de ce qu’il faudrait pour assurer la sécurité de tous les Colombiens. Les effectifs de la police nationale ont diminué de manière significative malgré une hausse de la population et il y a aujourd’hui un policier pour 500 habitants à Colombes. Si l’on compare avec La Garenne Colombes, commune voisine, il y a un policier pour 300 Habitants. Pourquoi ?

Contrairement aux fausses rumeurs propagées par la droite, à Colombes, les chiffres de la délinquance ont continué à baisser en 2008, première année de mandat de la nouvelle majorité municipale. Preuve que la gauche et les socialistes sont mobilisés sur cette question et qu’ils y travaillent efficacement.

Le maire socialiste et les élus répondent à cette question avec des valeurs de Gauche.

L’équilibre entre les sanctions indispensables, la répression nécessaire mais aussi la prévention et les mesures sociales et solidaires permettront au plus grand nombre de trouver leur place dans notre société.

Ces valeurs de gauche sont l’identité du parti socialiste. Au-delà du battage médiatique autour des querelles de personnes, nous militants de terrain voulons faire émerger un renouveau politique mettant en avant l’action et les acteurs locaux dans toute leur diversité.

Le 1er octobre, les socialistes se prononcent sur L’organisation d’une primaire pour désigner le candidat capable de battre Nicolas Sarkozy. Nous votons aussi sur la parité, le non-cumul des mandats et le renouvellement des responsables politiques ; des règles éthiques qui modifieront en profondeur les pratiques politiques de la France.

Sur ces questions, à Colombes nous avons un temps d’avance !

Leave a comment

name*

email* (not published)

website