Isabelle Balkany habille Rama Yade pour l’hiver

Isabellet Balkany parle de Rama Yade

À l’occasion d’une interview parue dans l’hebdomadaire VSD ce 2 décembre, Isabelle Balkany, vice présidente du Conseil Général, parle en propos très élogieux de sa camarade (à moins que ce soit un autre terme que l’on emploie dans leur parti) de l’UMP Rama Yade.

Qui aurait tout simplement  “fait perdre la droite à Colombes”. Pas moins.

Pourra-t-elle en faire autant en 2010 ?

Comments

Ameziane

La récente sortie de Rama Yade au conseil municipal montre a montré le côté nocif et dangereux de la personne. Comment quelqu’un qui travaille si peu ses dossiers peut se voir confier de telles responsabilités. Et à la désinvolture elle ajoute le cynisme et la haine.

Elle n’a pas hésité, uniquement pour donner le change au côté de ses “amis” Rainfray et Gouetta, et faire croire qu’elle connait quelque chose au sujet, déclarer que “le logement social n’était pas une fin en soi” et qu’ “on (la municipalité de gauche) les (les habitants) les avait mis là”. Ces propos irresponsables, méconnaissant de l’histoire de ces quartiers populaires, sont inacceptables et injurieux pour les habitants de ces quartiers et ceux qui y habitent encore, dont moi même et ma famille mais aussi sa propre mère. Mais est-elle seulement capable de comprendre l’indignation qu”elle provoque? Je n’en suis pas car en fait ce qui est une fin en soi à ses yeux c’est “son existence politique” et dans ce domaine la fin justifie les moyens.

Les injures (souvenez vous pendant la campagne elle n’a pas hésité à traiter de raciste ceux qui la critiquais), la démagogie (donnez moi vos CV)ses interventions décalées, non préparées dans le seul but de faire parler d’elle au conseil municipal constituent son lot quotidien.

Si les amis de Mme Yade avait participé en son temps à la nécessaire construction de logements sociaux dans leur commune, nous n’aurions pas les concentrations actuelles et la physionomie de ces quartiers serait différente.

Il est grand temps Rama que tu retournes dans l’anonymat dont tu n’aurais jamais du sortir.
Alors oui tu pourras encore nous ressortir ton petit refrain “si on me critique c’est par ce que je suis noir” . J’assume totalement. Je suis un raciste dès lors qu’il s’agit de la bêtise humaine. Et tu l’incarnes si bien.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website