Philippe Sarre dédramatise le départ de Thales

À propos du départ de Thales, ce que Philippe Sarre a gardé en travers de la gorge, c’est surtout la réaction de Rama Yade : « Qu’une secrétaire d’État (NDLR : par ailleurs conseillère municipale à Colombes) se permette d’agresser un maire qui vient de voir 4 000 emplois disparaître de sa commune, c’est triste. Et c’est vraiment de la politique politicienne. » D’autant que le maire de Colombes ne s’estime responsable en rien de la décision de Thales, qui cherchait un terrain de 4 ha — introuvable à Colombes — pour implanter 90 000 m² de bureaux.
Pour autant, Philippe Sarre ne fait pas du départ du fleuron économique de sa commune une catastrophe. « Dès le lendemain matin, nous étions au travail avec mon premier adjoint pour mettre en place un plan de bataille. Il faudra trouver une reconversion pour le site. Colombes a des atouts, notamment ceux du T1 et du T2. »

_____________________________________
PROPOS RECUEILLIS PAR MATTHIEU PELLOLI,
publiés dans Le Parisien du 12 mai 2010.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website