Hier soir, la droite était en campagne…de désinformation !

CM

Hier soir s’est tenu à Colombes le Conseil municipal. A l’ordre du jour : plusieurs points mais surtout le débat d’orientation budgétaire…

Nous étions plusieurs militants présents à ce Conseil municipal, et grande fut notre surprise à la découverte de la tonalité des débats ! En effet, nous avons assisté hier, et plus particulièrement lors du débat d’orientation budgétaire, à une mise en scène d’une opposition affolée et paniquée à l’idée des futures échéances électorales ! Un affolement, une panique si consternantes qui nous laissent imaginer le niveau des arguments et du ton que l’opposition souhaite adopter pour la prochaine campagne des municipales en 2014.

Hier soir, la droite semblait être en campagne. Mais quelle campagne ! Après une intervention de Madame Gouéta lors du Débat d’Orientation Budgétaire, tentant de nous faire croire que Colombes était en « faillite » ( !), mais aussi que Colombes était une ville en perte d’attractivité (avec le départ de Thalès car notre ville était à gauche… Cela peut nous faire doucement rire, quand on sait très bien que Thalès n’est pas allée s’installer dans une ville à droite…mais à Gennevilliers, ville communiste), une ville où aucun promoteur immobilier ne s’installe (allez voir à la Marine, où les promoteurs immobiliers sont grandement satisfaits de la capacité à vendre les appartements), nous avons eu droit aussi à une intervention très peu républicaine de Lionel Rainfray, candidat autoproclamé de l’UMP et qui par ailleurs, aurait certainement besoin d’un petit rafraîchissement de mémoire. Quand nous savons que Monsieur Rainfray, qui aspire à de grandes fonctions, n’est pas en mesure de se rappeler d’un emprunt toxique qu’il a signé en tant qu’adjoint au Maire lors de la mandature de Nicole Gouéta…Et pire, accuse la majorité actuelle de l’avoir signé… Cela s’appelle de la désinformation, voire pire…

Oui, hier soir, la droite semblait en campagne.
Oui, nous aussi, nous serons en campagne, mais une campagne d’idées contre idées, une campagne de bilan contre bilan, une campagne de propositions contre propositions. Mais nous souhaitons que tout cela se fasse dans un cadre apaisé et serein, et non un cadre qui laisse grande place à la caricature et au sectarisme.

Chacun ses méthodes dit-on…A gauche, nous préférons le sérieux et le travail au service des Colombiens.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website