Quand le parti de gauche rejoint la droite pour s’opposer à la réforme de l’école…

Mercredi 27 février, lors du conseil municipal, la réforme des rythmes scolaires était à l’ordre du jour. Pas de surprise, la droite s’est précipitée pour hurler que cette réforme néfaste allait désorganiser l’école.

Il faut leur rappeler que si l’école va mal aujourd’hui, qu’elle est désorganisée, effectifs chargés, manque de remplaçants, jeunes enseignants peu formés, c’est bien leur faute. Qui a supprimé 80 000 postes d’enseignants, qui a supprimé la formation des enseignants c’est la droite.

Si le décret sur les rythmes a été publié c’est bien pour redonner aux élèves le temps pour apprendre après la suppression du samedi matin par le gouvernement Sarkozy. Suppression décidée sans aucune concertation. La droite cherche à se refaire une santé en critiquant cette réforme et en surfant sur un certain mécontentement. Elle n’a pas grand-chose à dire, aucune proposition, uniquement une critique stérile pour lancer sa campagne électorale à Colombes.

La stupeur est venue du positionnement du parti gauche qui dans son intervention a été encore plus virulent que la droite et a rejeté en bloc la réforme oubliant les postes crées et l’intérêt des élèves. En dessous de belles généralités sur le mieux d’école, il n’y avait aucune proposition, aucune idée, aucune argumentation. Le parti de gauche n’est pas un parti de gouvernement et ça se voit ils ne savent que se positionner contre. L’école n’avancera jamais avec cet immobilisme conservateur.

L’intervention critique mais positive du parti communiste ainsi que celle des verts nous ont rassuré. La gauche, à colombes, est capable d’une analyse sans concession certes, mais qui montre que sur le fond nous partageons les mêmes préoccupations ; l’intérêt des élèves et la volonté de refonder l’école.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website