Contrat de Ville 2015-2020

Intervention de Fatoumata Sow au Conseil Municipal du 9 avril 2015

Madame Djellab,
Je profite de cette délibération pour vous faire part de quelques interrogations quant à la situation du contrat de ville pour Colombes. En effet, comme vous le savez, la loi du 21 février 2014 redéfinit le cadre de la Politique de la Ville avec une nouvelle géographie prioritaire. On le sait, cette réforme était à la fois nécessaire et équitable.
Nécessaire d’une part, car elle associe quatre piliers primordiaux :
– cohésion sociale
– habitat
– Développement économique et emploi
– et enfin citoyenneté

Equitable d’autre part, car cette nouvelle politique de la ville prend en compte véritablement les besoins en concentrant ses efforts sur les territoires les plus en difficultés, permettant ainsi de réduire les écarts de développement entre nos différents quartiers pour favoriser l’égalité, cette belle valeur républicaine.

Il y a là donc une nouvelle ambition pour la politique de la ville tout en redéfinissant son cadre, ses principes généraux et son pilotage.
La loi de programmation du 21 février 2014 prévoit en effet l’élaboration d’un nouveau Contrat de Ville qui couvre 2015-2020, avec pour objectif de consolider la dimension partenariale, de renforcer l’implication de tous les acteurs (partenaires institutionnels, acteurs associatifs et habitants) et de bénéficier de leur expertise.
L’objectif ainsi visé par le Gouvernement à travers ces nouveaux Contrats de Ville est de rendre l’action publique plus visible, plus efficace et plus cohérente. L’ensemble des partenaires de ces contrats de Ville doivent mobiliser tous les moyens techniques et financiers de droit commun.

En outre, vous n’êtes pas sans savoir, que, dans chaque ville où un quartier aura été reconnu comme prioritaire, il y a obligation de mettre en place un Conseil Citoyens, nouvelles instances qui ne doivent pas se substituer aux Conseils de quartier – et j’insiste là-dessus – mais qui ont vocation à favoriser l’expression d’une parole libre. Le conseil citoyen doit permettre aux habitants des quartiers de la politique de la ville de devenir des citoyens actifs de leur quartier. La mise en place de ces instances conduit à envisager les habitants et les acteurs du quartier comme des partenaires à part entière, étroitement associés à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des contrats de ville à travers, notamment, leur participation systématique à l’ensemble des instances de pilotage du Contrat de Ville.

A Colombes, comme vous le savez, deux quartiers sont concernés par ces nouveaux Contrats de Ville, les Fossés Jean et le Petit-Colombes et vous l’aurez compris, les habitants et les acteurs locaux de ces quartiers sont ainsi appelés, via les conseils citoyens, à mobiliser leur expertise et contribuer, conjointement avec l’Etat, la ville et les associations, à la définition des actions les plus pertinentes au regard des besoins identifiés dans le quartier. Mais encore, faudrait-il que la municipalité joue le jeu…

Alors permettez-moi de vous faire part de mon étonnement face au silence assourdissant de la municipalité sur cette question mais plus largement sur les futurs Contrats de Ville 2015-2020. En effet, plusieurs villes ont d’ores et déjà signé leurs Contrats de Ville – telles que Paris ou Evry – certaines ont même déjà installé sur leur territoire leur premier Conseil Citoyens. Ce qui est tout à fait normal : l’échéance du 30 juin 2015 ayant été fixée pour signer ces contrats.
Ce qui nous laisse aujourd’hui près de deux mois. Je ne peux pas croire que notre ville ne s’est pas encore engagée dans cette démarche, aussi, pouvez-vous nous dire, ce soir :
– Où en est-on à Colombes ?
– Quelle est votre méthode de travail sur la question, s’il en existe une ?
– Y a-t-il aujourd’hui des instances de pilotage pour la mise en place de notre contrat de ville ? Je pose la question car nous n’en avons pas été informés si tel était le cas…
– Des diagnostics ont-ils déjà été réalisés ? Si oui, quelles en ont été les conclusions ?
– Comment seront associés les habitants, notamment sur la question des Conseils citoyens ?

Dans une ville comme Colombes, de près de 86 000 habitants, nous ne pouvons et ne devons pas rater le coche sur cette question. Il serait regrettable que votre vision de la politique de la Ville ne se résume qu’aux subventions du CUCS, en revanche, il serait souhaitable que nous puissions discuter de ce sujet qui revêt une importance particulière lors d’un prochain Conseil municipal.
Je vous remercie.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website