Elections : pensez à vous inscrire avant le 31 décembre

Carte-electeur

Les 22 et 29 mars prochain, nous sommes invités à nous rendre aux urnes afin de désigner nos nouveaux représentants au sein des assemblées départementales. Six mois plus tard, en décembre, nous déciderons cette fois-ci de nos élus pour le conseil régional.

Deux élections sur l’année 2015, deux bonnes raisons de s’inscrire ou de se ré-inscrire sur les listes électorales.

Comment faire ?

Les personnes déjà inscrites n’ayant pas déménagé ces dernières années, n’ont aucune démarche à faire.

Pour les jeunes de 18 ans, l’inscription est automatique.

Pour les personnes ayant déménagé – même de Colombes à Colombes -, une nouvelle inscription sur les listes électorales est nécessaire : elle fait l’objet d’une démarche volontaire, à effectuer au plus tôt. Vous pouvez contacter les services de la mairie pour vérifier que vous êtes bien toujours inscrits au 01 47 60 80 20.

L’inscription sur les listes électorales est possible selon 3 modalités :

  • En se rendant à la mairie avec les pièces exigées (formulaire d’inscription, pièce d’identité et justificatif de domicile),
  • Par courrier en envoyant sans tarder à la mairie le formulaire d’inscription, une photocopie d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile,
  • Par Internet en utilisant le téléservice proposé par mon.service-public.fr (Colombes est partenaire de ce service de simplification administrative).

À noter : dans le cadre des mesures de simplifications annoncées jeudi 30 octobre 2014, le Président de la République a indiqué vouloir permettre l’inscription sur les listes électorales « jusqu’à un mois avant un scrutin ». Mais à ce jour, la loi reste la même : il faut effectuer les formalités avant le 31 décembre 2014 pour voter en 2015.

Transparence sur l’affectation de la réserve parlementaire des députés PS de Colombes

réserve-parlementaire

La réserve parlementaire est une somme allouée à chaque parlementaire afin de financer des projets d’équipements ou des associations dans une circonscription. En 2012, la somme allouée à l’ensemble des députés était de 89,5 millions d’euros, celle allouée au sénateurs et de 58 millions. La répartition de cette somme se faisait alors par le rapporteur général de la commission des finances, sans contrôle ni équité.

L’usage était alors de donner une part très supérieure aux députés Lire la suite…

Loi consommation, sécurité, droit des femmes : le gouvernement au service des français

actualité-du-gouvernement

LOI CONSOMMATION : rendre du pouvoir d’achat aux Français 

Adoptée en février 2014, la loi Consommation vise à rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et entreprises. La mise en application progressive de cette loi commence aujourd’hui à produire ses effet, en permettant de rendre du pouvoir d’achat aux Français mais aussi à mieux protéger les consommateurs.
Contrat d’assurance, prix des lunettes, action de groupe, paiement au quart d’heure dans les parkings, sécurisation des achats en ligne,  lutte contre le démarchage abusif… Petit retour sur les avancés concrètes votées par la majorité à l’Assemblée nationale en cliquant ici.

SÉCURITÉ : la gauche agit avec pragmatisme et résultat

Au cours des douze derniers mois, le nombre de cambriolages en France a baissé de 4,3%, et le nombre de vols à main armée de 14,8%. Des résultats significatifs qui prouvent qu’il “n’y a pas de fatalité en matière de délinquance, et que nous devons donc continuer d’agir”, comme l’a souligné Manuel Valls.
Retrouvez l’infographie sur l’évolution de la délinquance en France en cliquant ici

25 Novembre, Journée internationale
contre les violences faites aux femmes

Chaque année, plus de 216 000 femmes sont victimes de violences commises par leur partenaire. 86 000 femmes rapportent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol, et seules 10% d’entre elles déposent plainte. Ces chiffres soulignent l’ampleur de ces violences inacceptables qui ont de très lourdes conséquences sanitaires, psychologiques, sociales et économiques.

Protéger les femmes victimes de violences, c’est leur permettre de trouver de l’aide, de reprendre leur vie en main, de passer de la détresse et de l’emprise à l’autonomie et à la liberté. Ces violences sont l’expression la plus grave des inégalités entre les femmes et les hommes. Voilà pourquoi lutter contre les violences faites aux femmes, c’est d’abord se battre pour l’émancipation des femmes. De toutes les femmes.

Depuis deux ans et demi, le Gouvernement a fait de la lutte contre les violences une priorité politique.

Retrouvez en détail les actions du gouvernement sur le sujet en vous rendant sur le site internet du ministère du droit des femmes.