Le Budget 2015 de la Ville de Colombes

Intervention de Philipe Sarre au Conseil Municipal du 9 avril 2015

Le vote du budget est un moment important, c’est l’occasion pour une équipe municipale de présenter des perspectives d’avenir, de présenter des choix  clairs et assumés en matière de priorité financière, ses priorités et sa vision en matière d’aménagement et d’équipement.

A l’écoute de l’exposé de votre maire adjoint aux finances, nous avons pu constater qu’il n’en n’était rien… aucune vision, aucun projet d’avenir, aucune perspective traçant les priorités pour les années à venir, mais simplement, comme d’habitude un réquisitoire…un réquisitoire contre l’Etat, un réquisitoire contre l’ancienne majorité, qui avait d’ailleurs été fait, à peu près dans les mêmes termes, au moment du Débat d’orientations budgétaires et auxquelles nous avions alors répondu. Mais comme le disait M. Noual, comme nous sommes là en partie pour nous répéter, nous aussi nous nous répéterons ce soir et nous évoquerons point par point les attaques dont nous avons été l’objet et pour expliquer comment vous concevez la vie démocratique.

Je me souviens qu’en 2008, lorsque j’étais arrivé aux responsabilités, j’avais rendu hommage aux élus, j’avais rendu hommage au travail fait, ce que vous n’avez pas fait, madame le maire en 2014, parce que vous n’êtes animée que par la revanche, que par le dénigrement de toutes les actions de vos prédécesseurs. C’est votre façon de concevoir la démocratie ; ce n’est pas la mienne, ce n’est pas la nôtre. Je répondrai à un certain nombre de points et je mettrai en valeur un certain nombre de contre-vérités car, malheureusement vous en avez dit beaucoup ce soir.

D’abord le plan d’économies du Gouvernement, revenons-y un instant, puisque vous le dénoncez. Vous avez dit, je l’ai noté sous la dictée : « Il sacrifie les villes à l’autel de son redressement.. ». Vos propos laissent supposer que vous parlez du redressement du gouvernement alors qu’il s’agit de la France. Oui madame Goueta il faut redresser la France parce qu’en 2012 son état le nécessitait, en particulier au niveau de la dette.

Monsieur Sarkozy  a, pendant un seul mandat, fait 600 Milliards de dette alors que Mitterrand et Balladur en 15 ans n’en cumulaient que 555 Milliards. C’est Monsieur Breton, que l’on ne peut pas accuser de gauchisme pas plus que le Point dans lequel son étude était publiée, qui le dit.

Oui le gouvernement doit faire des efforts de redressement  et je le soutiens.

Dans les efforts de redressement, oui il y a des ponctions sur les collectivités territoriales mais si je regarde le programme de l’UMP j ai vu la phrase suivante « nous ce ne sont pas 50 milliards mais 130 que nous ferions ». Expliquez-nous Comment vous auriez pu y parvenir sans demander des efforts aux collectivités. Vous savez que quelque soit le gouvernement en place il aurait fallu faire des économies et de façon beaucoup plus drastique avec vous. D’ailleurs le Cabinet Klopfer qui a travaillé avec vous affirme que toutes les villes auront plus de contraintes, que partout des efforts devront être faits.

Concernant Thalès vous refaite l’histoire une fois de plus ! Vous voulez nous rendre responsable du départ de Thalès comme si une autre municipalité aurait réussi à empêcher un patron privé de quitter Colombes. Il a essayé pendant un an et demi de s’y installer cela n’a pas été possible. Il s’est lui-même exprimé dans les colonnes des journaux pour dire que ce n’était pas de la responsabilité du Maire en place. Mais une fois de plus vous travestissez l’histoire.

Encore un exemple où vous travestissez la vérité. Vous dites que vous êtes intervenue pour récupérer ce que l Etat nous devait comme compensation. Vous n’êtes pas intervenue auprès de l’Etat mais vous vous êtes contentée d’intervenir  auprès du Préfet. Vos interventions n’ont pas abouti et c’est parce que le Député Bachelay et moi-même sommes intervenus auprès de l’Etat que nous avons obtenu des réponses et que la compensation a été versée. Vous faites une erreur manifeste dans votre document quand vous écrivez que c’est le préfet qui décide. Vous devriez la rectifier. Ce n’est certainement pas le préfet mais la DGCL et le ministre des finances. C’est une décision de l’Etat.

J’aimerais savoir puisqu’on parle de Thalès et c’est intéressant, ce que vous comptez faire sur Thalès.

A ce jour silence de votre côté. Nous, nous avions un projet de reconquête de cet espace. Nous avions lancé un projet vous le contestez ce qui prouve qu’il existe, de 100 000m2 d’activité économique  avec des entreprises et avec des promoteurs. Ces projets  étaient prévus sur la partie nord de l’ilot Thalès. Vous nous direz ce que vous comptez faire….

Concernant l’emploi page 10 du document sur les emplois de la ville vous écrivez que la masse salariale a augmenté Bien sûr elle a augmenté ! Elle est passée de 55 puis 56 jusqu’à 59% mais vous ne dites pas de quel pourcentage par rapport aux dépenses de fonctionnement. Il y a deux choses que vous oubliez de dire. La première chose c’est qu’il y a une augmentation automatique du GVT (glissement vieillesse technicité) et les mesures que nous avions prises pour améliorer le sort des travailleurs colombiens au sein de la mairie : le régime indemnitaire la NBI, la transformation des postes vacataires en contractuels, la titularisation des agents…Nous avons fait un gros travail à ce sujet ce qui a augmenté la masse salariale. Mais cette masse salariale à 59% ce serait une catastrophe ? Je vous invite à reprendre les ratios. Penchez vous sur le document qui est publié chaque année par les DGS (directeurs généraux et adjoints des services) et DGA (directeurs généraux et adjoints des services) du département et vous verrez que 15 communes sont au dessus de Colombes en matière de ratio. Et quand vous faites des comparaisons au moins ayez la correction de les faire de façon juste. Vous avez mis en encadré dans votre document, et cela seul sert à le discréditer que nous sommes à 35% supérieurs aux autres villes comparables. Mais vous comparez quoi ? Vous riez mais répondez sur le fond. Vous comparez à quoi ? Vous nous comparez à deux communes : Asnières qui a externalisé ses services d’entretien des bâtiments et d’autres services. Vous comparez des choses qui sont incomparables !Et le comble vous nous comparez à Gennevilliers ….Vous indiquez qu’il y a 1300 salariés à Gennevilliers contre 2050 à Colombes mais combien d’habitants y a-t-il à Gennevilliers ? répondez …Je vais vous le dire 43000 contre 86000 à Colombes ! Et vous ditesque nous avons deux fois plus de salariés. Vous trouvez ça sérieux comme argument. Cela seul discrédite votre document.

Sur l’évolution de la dette je vous renvoie au ratio que chaque année publie l’association des DGS et DGA et vous verrez que le ratio pour Colombes est tout à fait correct. Nous nous situons de mémoire en 15ième position dans le 92. Et il y a de nombreuses villes au dessus de nous dont Levallois qui perce tous les plafonds !! Vous constaterez qu’il y a des villes de droite et de gauche et que nous nous situons dans un étiage parfaitement respectable.

Cette évolution de la dette je voudrais en dire un mot. Vous ne pouvez pas parler de la dette sans dire à quoi elle a servi. Vous disiez tout à l’heure, investissements excessifs, inutiles…Mais le cinéma vous l’avez inauguré de façon forte sans dire que c’était inutile…la rue St Denis les colombiens en sont satisfaits vous dites qu’elle va coûter encore 250000 euros mais j’ai démontré à Mr Pique que ça ne coûtera rien à la ville. La crèche de l’Ile Marante vous n’avez pas dit qu’elle était inutile en l’inaugurant…et le CSC du Petit Colombes, le CSC de l’Ile Marante, le quartier de la Marine, les projets ANRU que vous allez poursuivre… c’est cela les investissements ! Et l’école de la Marine cette fameuse école de la Marine…J’entends vos attaques mais elles sont graves vos attaques concernant les dépenses. D’abord parce qu’il est normal de faire une grande école à cet endroit là et je vous le prouverai. Je peux vous dire madame Gouéta que lorsque je suis arrivé en 2008 j’ai dû faire en urgence des classes en préfabriquées à l’école L. Bourgeois. Il y avait une incurie en matière de prévisions scolaires. Là j’ai préparé l’avenir et cette école de la Marine aura le mérite de pouvoir accueillir à la fois les enfants du nouveau quartier mais aussi ceux des nouvelles constructions à venir sur le Boulevard C. De Gaulle. Gouverner c’est prévoir !

Les accusations que vous portez sont graves monsieur Noual. Quand vous dites « chaque classe coûte un million ! » Vous n’avez rien compris. Ce qui s’appelle le coût/classe  ne recouvre pas le coût du seul local classe mais de tous les espaces et locaux nécessaires au fonctionnement d’une école ! (classe, restaurant scolaire, cours de récréation, bibliothèque, gymnase, centre de loisirs…) et le tout en Haute Qualité Environnementale.  Et là le coût/classe  est celui de toutes les écoles du département.

Vous dites que vous avez fait des économies sur la communication et les frais de représentation du Maire.

Pas du tout encore un mensonge. Vous avez supprimé le jumelage et la coopération décentralisée aucune autre économie. Mais l’ouverture sur les autres pays ne vous intéresse sans doute pas !

Quant aux journaux et publications vous en aviez des quantités inutiles pour le compte. Nous avons réduit à deux : le Monde et le Parisien.

Chacune de vos critiques montre votre acharnement, votre seul objectif est de dénigrer.

Sur l’investissement enfin vous préconisez une baisse mais regardez notre programme en 2014, il était tout à fait raisonnable. Nous ne parlions pas nous de refaire un parc sportif avec des équipements à des coûts pharaoniques, projets que vous saviez pertinemment irréalisables.

Oui je pense qu’en période de crise il faut faire des choix simplement nous n’aurions pas fait les mêmes que vous. Au bout du compte dans votre budget…peu de changements dans les grands équilibres mais des choix contestables et je terminerai sur ce point. Nous aurions été aux responsabilités oui peut être j’aurai poursuivi l’idée de céder la patinoire au privé. C’est un équipement qui coûte énormément  à la ville pour ce qu’il rapporte aux colombiens.

Vous avez préféré vous attaquez au CMS, vous limitez les remplacements et les heures supplémentaires,  alors que dans votre précédent mandat elles fleurissaient…. particulièrement pour votre chauffeur.

Vous faites payer les interventions dans le cadre des TAP à la MJC dont vous supprimez 30% des subventions !

Vous avez fait le choix, comme ce fut le cas en 2001, de vous attaquer au fleuron de notre ville, la MJC, reconnue au sein de Colombes par les habitants de tous les quartiers et au-delà des limites de notre ville.

Il est normal de regarder les aides apportées à la MJC, de lui faire signer une convention d objectifs. Nous avions fait  ce travail en intégrant la MJC dans le projet culturel de la ville mais là avec 33% de baisse des subventions vous mettez à mort cette institution. C’est parfaitement inacceptable.

Et c’est d’autant plus inacceptable que dans le même temps vous augmentez vos indemnités et celles de vos élus( nous les avions baissé de 15%. Vous mettez 750 mille euros dans la Police et faites payer les TAP avec le budget des associations….

Vous êtes aux responsabilités, je respecte démocratiquement la majorité municipale mais je veux réaffirmer avec force que nous n’aurions pas fait les mêmes choix. Vos choix sont des choix politiques, assumez-les !!

Contrat de Ville 2015-2020

Intervention de Fatoumata Sow au Conseil Municipal du 9 avril 2015

Madame Djellab,
Je profite de cette délibération pour vous faire part de quelques interrogations quant à la situation du contrat de ville pour Colombes. En effet, comme vous le savez, la loi du 21 février 2014 redéfinit le cadre de la Politique de la Ville avec une nouvelle géographie prioritaire. On le sait, cette réforme était à la fois nécessaire et équitable.
Nécessaire d’une part, car elle associe quatre piliers primordiaux :
– cohésion sociale
– habitat
– Développement économique et emploi
– et enfin citoyenneté

Equitable d’autre part, car cette nouvelle politique de la ville prend en compte véritablement les besoins en concentrant ses efforts sur les territoires les plus en difficultés, permettant ainsi de réduire les écarts de développement entre nos différents quartiers pour favoriser l’égalité, cette belle valeur républicaine.

Il y a là donc une nouvelle ambition pour la politique de la ville tout en redéfinissant son cadre, ses principes généraux et son pilotage.
La loi de programmation du 21 février 2014 prévoit en effet l’élaboration d’un nouveau Contrat de Ville qui couvre 2015-2020, avec pour objectif de consolider la dimension partenariale, de renforcer l’implication de tous les acteurs (partenaires institutionnels, acteurs associatifs et habitants) et de bénéficier de leur expertise.
L’objectif ainsi visé par le Gouvernement à travers ces nouveaux Contrats de Ville est de rendre l’action publique plus visible, plus efficace et plus cohérente. L’ensemble des partenaires de ces contrats de Ville doivent mobiliser tous les moyens techniques et financiers de droit commun.

En outre, vous n’êtes pas sans savoir, que, dans chaque ville où un quartier aura été reconnu comme prioritaire, il y a obligation de mettre en place un Conseil Citoyens, nouvelles instances qui ne doivent pas se substituer aux Conseils de quartier – et j’insiste là-dessus – mais qui ont vocation à favoriser l’expression d’une parole libre. Le conseil citoyen doit permettre aux habitants des quartiers de la politique de la ville de devenir des citoyens actifs de leur quartier. La mise en place de ces instances conduit à envisager les habitants et les acteurs du quartier comme des partenaires à part entière, étroitement associés à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation des contrats de ville à travers, notamment, leur participation systématique à l’ensemble des instances de pilotage du Contrat de Ville.

A Colombes, comme vous le savez, deux quartiers sont concernés par ces nouveaux Contrats de Ville, les Fossés Jean et le Petit-Colombes et vous l’aurez compris, les habitants et les acteurs locaux de ces quartiers sont ainsi appelés, via les conseils citoyens, à mobiliser leur expertise et contribuer, conjointement avec l’Etat, la ville et les associations, à la définition des actions les plus pertinentes au regard des besoins identifiés dans le quartier. Mais encore, faudrait-il que la municipalité joue le jeu…

Alors permettez-moi de vous faire part de mon étonnement face au silence assourdissant de la municipalité sur cette question mais plus largement sur les futurs Contrats de Ville 2015-2020. En effet, plusieurs villes ont d’ores et déjà signé leurs Contrats de Ville – telles que Paris ou Evry – certaines ont même déjà installé sur leur territoire leur premier Conseil Citoyens. Ce qui est tout à fait normal : l’échéance du 30 juin 2015 ayant été fixée pour signer ces contrats.
Ce qui nous laisse aujourd’hui près de deux mois. Je ne peux pas croire que notre ville ne s’est pas encore engagée dans cette démarche, aussi, pouvez-vous nous dire, ce soir :
– Où en est-on à Colombes ?
– Quelle est votre méthode de travail sur la question, s’il en existe une ?
– Y a-t-il aujourd’hui des instances de pilotage pour la mise en place de notre contrat de ville ? Je pose la question car nous n’en avons pas été informés si tel était le cas…
– Des diagnostics ont-ils déjà été réalisés ? Si oui, quelles en ont été les conclusions ?
– Comment seront associés les habitants, notamment sur la question des Conseils citoyens ?

Dans une ville comme Colombes, de près de 86 000 habitants, nous ne pouvons et ne devons pas rater le coche sur cette question. Il serait regrettable que votre vision de la politique de la Ville ne se résume qu’aux subventions du CUCS, en revanche, il serait souhaitable que nous puissions discuter de ce sujet qui revêt une importance particulière lors d’un prochain Conseil municipal.
Je vous remercie.

Projet de budget 2015 : subventions aux associations

Intervention de Chantal Bathelemy-Ruiz au conseil municipal du 9 avril 2015

D’abord félicitons-nous pour la façon dont a été traité le dossier subventions aux associations !
En effet, vous avez durant six ans critiqué la mise en place par nous de critères connus de tous pour l’octroi de subventions aux associations ; pour vous c’était de la poudre aux yeux et ce n’était pas transparent.
Finalement vous avez conservé lesdits critères et l’essentiel de ce travail qui avait été fait, non par notre majorité dans son coin mais en pleine co-élaboration avec les associations à travers le Comité Consultatif Local de la Vie Associative. Cela signifie sans doute que nous n’avions pas si mal travaillé !

On peut toutefois regretter que deux mesures très importantes qui figuraient dans le processus que nous avions mis en place aient été « oubliées » par vous :

• d’abord la transparence dans l’attribution des subventions de projets puisque vous avez supprimé la commission qui traitait ces demandes, commission dans laquelle nous invitions l’opposition dont vous faisiez alors partie . Ainsi, nous n’avons aucune information précise sur les associations qui ont fait des demandes, celles qui ont été « recalées », les raisons pour lesquelles elles l’ont été , ni sur les projets retenus . J’ai d’ailleurs demandé hier en commission que ces élements d’information à ce sujet nous soient transmis au Conseil.
Entendons nous bien, je ne dis pas que ces subventions ne sont pas bien choisies, je dis que , à part vous, personne ne peut le savoir Et, si vous n’avez rien à cacher, et si, comme le maire adjoint à la Vie associative le publie sur FaceBook, il est « honnête et transparent », qu’est ce qui vous empêche d’adopter une méthode plus démocratique et de faire participer un élu de l’opposition à l’étude de ces dossiers ?

• Ensuite, vous n’avez pas tenu compte des maxima que nous avions instauré pour accorder des augmentations et surtout pour effectuer des diminutions de subventions de fonctionnement. Nous avions limité à 15 % l’évolution d’une subvention par rapport à l’année précédente pour ne pas mettre en péril la vie de l’association concernée sans détruire pour autant les équilibres du budget global associations.

Vous ne vous embarrassez pas de précautions en supprimant totalement la subvention d’associations culturelles comme Umbral (une compagnie théâtrale qui a fait connaître de façon flatteuse le nom de Colombes au Festival d’Avignon, en y obtenant par exemple le prix « Le masque et la plume « , l’AHSCUM, association culturelle ultramarine, (et je ne compte pas les assos qui ne vous ont rien demandé cette année en sachant d’avance que vous les sanctionneriez).
Vous diminuez de 95 % celle des Zuluberlus, vous retranchez un tiers à la subvention d’une association parmi les plus importantes de la ville , la MJC-TC . Indiquer en avril à des associations qui établissent leurs programmes d’activités sur la base de l’année scolaire, qu’elles auront une telle baisse montre au mieux une réelle méconnaissance du fonctionnement d’une association et plus vraisemblablement qu’on veut la faire disparaître .

Le processus que vous semblez mettre en place se déroule suivant les associations visées en deux temps : soit on leur retire leur local, leur rendant plus difficile l’exercice de leur activité sur la ville, ce qui donnera ensuite le prétexte de leur manque d’investissement pour supprimer leur subvention ; soit vous procédez à l’inverse, diminuant de façon très importante leur subvention et, quand ils seront quasi morts, vous pourrez récupérer leurs locaux pour d’autres projets … En effet, il semble que certains élus de votre majorité se soient déplacés à la MJC, non pas comme tout le monde pour participer à des activités ou assister à des spectacles ou encore pour soutenir lux associations qui oeuvraient pour le téléthon, mais pour regarder la facade, entrer, mesurer et tenir des propos laissant penser que des projets nouveaux pourraient aisément se tenir dans de tels locaux … A moins que vous n’ayez décidé de rénover complétement les lieux pour la MJC, c’est inquiétant pour l’avenir de la structure qui anime ce lieu …

Parmi les diverses annonces faites dans le rapport qui accompagne le budget primitif 2015 mais aussi dans la lettre ouverte que Madame le Maire, vous avez publié il y a quelques jours sur le site de la Ville, et fait distribuer aux adhérents de la MJC hier, et à la sortie des écoles ainsi qu’au personnel aujorud’hui reconnaissons qu’il y a une vérité : près de 90 % des associations ne voient pas de modifications notables de leur subvention. Vous oubliez seulement les 24 associations qui n’ont pas de subventions parce qu’elles n’en ont pas fait la demande . des associations comme la Croix Rouge Française( 3847 euros), l’APAM , aide aux personnes âgées malades (2950 euros) , la Philotechnique 3.259 euros) , qui n’ont jamais manqué les dates de dépôt des dossiers dans les dernières années. On ne peut qu’être étonnés du fait qu’autant d’associations qui ont pourtant besoin de l’aide de la Ville aient oublié de déposer les dossiers et on aimerait être sûrs qu’il n’y a pas eu de loupés .

Ensuite, vous passez allégrement sur le fait que les 10 % touchés, le sont de façon très brutale ; mais vos méthodes quel que soit le secteur ciblé sont les mêmes . Dans le domaine de la santé, on supprime les specialités du Centre Municipal de Santé puis on constate que les consultations généralistes, cela ne peut pas s’equilibrer ;
On s’en prend à quelques asso culturelles en 2015 (au hasard presque uniquement des associations qu’on pense proches dans leurs valeurs de l’opposition municipale à l’exception notable de HDSI, Hauts De Seine Initiative, dont le président est un certain Lionnel Rainffray , qui n’a plus l’heur d’être de vos amis ; Cette association reçoit un tiers de subvention en moins dans un domaine pourtant très utile en période de crise : aider des créateurs d’enrteprise et l’économie socale et solidaire , ce qu’elle fait d’ailleurs très bien ;
Des sanctions ciblées envers quelques associations donc. on espère que l’an prochain, vous n’aurez pas à nouveau cherché qui vous pouvez encore déshabiller sans mettre trop de monde dans la rue.

Il y a donc une vérité dans votre lettre ouverte mais une seule.
Pas l’ombre de véracité dans votre accusation faite à l’opposition municipale « d’instrumentaliser la MJC », laquelle aurait, lors de votre récente entrevue, « manifesté de la compréhension sur votre décision de baisse de 33 % et sur le rattrapage possible en faisant des heures de Temps d’activités Périscolaires TAP ». La MJC s’attendait à une petite baisse, compte tenu du contexte financier et de ses contacts avec votre maire adjoint délégué et voyait comment la lisser sur le programme . Mais 33 % !
Vous leur avez donné le conseil d’augmenter les cotisations (de 110 euros par personne ) ; pour une famille à faible quotient familial qui a ses deux ou trois enfants inscrits, on voit l’impact insoutenable économiquement. Vous avez également suggéré d’équilibrer le budget avec des heures de TAP. C’est une plaisanterie ! A 40 euros l’heure de TAP , il faudrait 7.875 heures d’animation soit , à supposer que vous laissiez à la MJC l’exclusivité des TAP dans toutes les écoles en même temps soit pas moins de 82 vendredis par année scolaire … ce qui, vous l’avouerez, serait particulièrement difficile à atteindre.

Vous méconnaissez de plus le fait que notre MJC à Colombes, c’est une MJC –TC , donc une maison des jeunes, et un théâtre et une salle de cinéma et un lieu d’activités pédagogiques avec les écoles (18 classes cette année), et des interventions vers des publics comme les personnes atteintes de handicap ; ce sont 15 salariés et 42 intervenants vacataires ;

Je voudrais établir une comparaison : Vous vous apprêtez à faire des frais pour réparer le vieux clocher parce qu’il fait partie de l’histoire de notre ville . et, effectivement, prendre soin du patrimoine, c’est important. Je pense que vous devriez considérer que La MJC c’est du même niveau d’importance. Cette structure vivante fait partie de l’histoire de Colombes ; elle a fait office de cinéma, de salle de spectacles à des époques où elle était seule à pouvoir intervenir . Vous devez le prendre en compte.

Mesquinerie et idéologie

Voici les marques de votre projet de budget subventions aux associations .

Mesquinerie , je l’ai déjà dit, en enfermant certaines assos dans un cercle vicieux ; on vous retire le droit à des salles ou à votre local permanent et ensuite on pourra dire que vous en faites moins sur Colombes ; avec sa variante, on vous retire une grande partie, voire la totalité de votre subvention et ensuite on pourra vous dire que vous n’avez pas besoin de local puisque vous n’avez plus assez d’activité sur Colombes .
Et puis il y a celles qui continueront cette année à toucher leur subvention de fonctionnement mais sont fortement attaquées sur les subventions CUCS, affectées à des actions de politique de la Ville. La Lumière de Colombes, animée par une élue de notre majorité 2008/2014 , qui passe de 12.000 à 5.000 euros, L’association des habitants des côtes d’Auty, animée par ma collègue Fatoumata Sow, également élue de l’opposition, qui voit son projet carrément rejeté alors que ce projet d’épicerie sociale et solidaire mobile, a reçu il y a quelques mois le prix national de la fondation Monoprix, preuve de l’intérêt qu’il présente .

Idéologie lorsque qu’on regarde la liste des associations beaucoup moins bien dotées ou beaucoup mieux dotées
Là, on se demande comment les critères ont pu être appliqués.
Dans le domaine des amicales de locataires : L’UNLI qui voit sa subvention multipliée par 10 . On arrive donc à cette équation curieuse : la CNL qui représente 64 amicales de locataires de Colombes reçoit 4.500 euros et l’UNLI qui représente 1 amicale de locataires (résultats d’élection reçoit 1.500 euros !!! 1500 euros qui, aux dires de votre élue membre de cette association ne profiteront même pas à la section de Colombes mais iront directement dans le budget départemental de l’UDLI.
De même pour les associations de parents d’élèves : la FCPE, qui est incontestatblement l’association très majoritaire sur la Ville, stagne à 400 euros alors que la PEEP très minoritaire, reçoit la moitié de cette somme.

Enfin, quels critères ont permis qu’une association toute nouvelle reçoive dès sa première année d’existence 2.500 euros d’un coup, alors qu’elle n’a encore rien fait … S’il s’agissait d’un projet qui vous paraissait particulièrement utile et prometteur pour les Colombiens, c’est non pas une subvention de fonctionnement mais une aide subvention de projet qu’il vous aurait fallu donner …

On dirait que vous voulez, à travers ce budget, vous en prendre à la culture et à la vie des quartiers .  Connaissant votre attachement proclamé à plusieurs reprises à la Culture et votre intérêt pour les quartiers, je n’ose penser que ce serait votre intention !

Au global, contrairement à ce que vous affirmez dans le rapport sur le budget, le montant affecté aux associations n’est pas resté stable. Il passe de 4.471.379 euros à 4.023.278 euros . C’est une baisse de 450.000 euros, soit 10 % … Une baisse de 10 % sur le budget des associations, cela rappellera de mauvais souvenirs aux bénévoles Colombiens, c’était déjà ce que vous aviez fait en 2001…